Pauvres gens!

34 000 euros, c’est environ ce que la piscine du Fort de Brégançon coûtera finalement au Trésor Public. C’est ce qu’on apprend dans l’édition de Var-Matin du 5 juillet qui a le bon ton de citer un visiteur: « Toute une polémique pour une piscine qui ressemble à celle qu’on trouve chez des Français lambda… » Sauf que si vous avez 34 000 boules à mettre dans une pataugeoire de 4 par 10, vous n’êtes pas un Français lambda: vous êtes un pigeon-petit bourgeois. 34 000 euros, c’est cher payé pour une coque qu’on a trouvé à moins de 20 000 sur catalogue mais avec les énormes frais de levage et d’installation, et on vous passe le remplissage et l’entretien, et tout le bois autour pour faire joli, on se dit que finalement… Mais quand même, où sont les ristournes pratiquées pendant la campagne? Un inspecteur des impôts qui n’a pas un vendeur de piscines dans ses registres, c’est moyennement crédible. Mais du côté de l’Élysée, on prétend même faire des économies au niveau de la gendarmerie et de la surveillance de la crique. Soit! Question sécurité, la smala Trogneux restera au complet sans noyé à déplorer parmi les petits canards, et le couple présidentiel lassé de se faire prendre en photo au téléobjectif pourra barboter en toute intimité. On leur doit bien ça, après des mois harassants à faire la une de Paris-Match et du Parisien… sauf qu’on installe en deux coups de cuillers à pot une bassine pour enfants gâtés alors que, pour entendre le train de mesures contre la pauvreté, les familles au RSA vont attendre que le président revienne de la coupe du monde… et là, on ne s’inquiète plus de sécurité et de frais de garderie… Pas sûr non plus que les pauvres aient grand chose à attendre de ce fils à papa qui ne sait même pas à quoi ressemblent les rayons d’un Lidl. 34 000 euros, c’est finalement rien par rapport à la vaisselle, au congrès de Versailles, aux contrats perdus en Iran. 34 000 euros, c’est plus de 14 tonnes de riz Basmati bio chez Leclerc. Une misère pour un Français lambda qui n’aura pas l’occasion cet été d’aller piquer une tête dans la Méditerranée matinale à peine fraiche, sans une ride et scintillante, et de faire autant de brasses qu’il veut face au soleil levant. 66 000 malheureux litres d’eau chlorée quand des milliards de m3 d’eau salée vous séparent des côtes libyennes. C’est minable! Pauvres gens!

Ça cause... Ça cause... C'est tout qu'est-ce que ça fait... ;)