Mort et enterré… on pollue encore !

Formol, mercure, médicaments, produits ingérés durant la vie … les corps inhumés ou brûlés contiennent des substances toxiques qui polluent les sols et l’atmosphère.

Il y a pourtant une demande de gestion plus écologique des cimetières. Mais en même temps, on ajoute des litres de formol dans les corps. C’est incohérent.

Le macchabée au formol

Depuis les années 1990, les soins de thanatopraxie (techniques qui consistent à embellir les corps dans la mort) se sont largement développés en France.

Ces soins sont pratiqués sur près de 70% des corps et lors de leur décomposition, l’eau de toilette du croquemort se répand un peu partout. Sans oublier que, malgré la législation, la plupart des caveaux ne sont pas étanches. La pollution des sols est donc à envisager à plus ou moins long terme par infiltration dans les nappes phréatiques… et c’est encore plus vrai dans le cas d’inhumation en pleine terre.

A noter que le formaldéhyde est classé « substance cancéreuse avérée pour l’homme »

Départ de feu en fumée toxique

La crémation, après injection des produits formolés, rejette des dioxines : et ceux-là sont de véritables poisons quelque soit le degré de sainteté de la personne.

Au cours de sa vie, le défunt a ingéré ou a respiré des substances qui peuvent avoir un impact sur sa décomposition et sur la pollution des sols: les produits chimiques dans l’alimentation, les traitements médicaux, la chimiothérapie, ou la contraception par exemple. Bon, ce n’est peut-être pas une raison pour tout arrêter.

Du mercure chez Pluton

Un autre métal pauvre pose problème : le mercure.

La crémation est la première cause de pollution mercurielle de France: certains amalgames dentaires étaient très utilisés il y a quelques décennies et nos défunts, quand ce n’est pas nous-mêmes, sont particulièrement chargés à ce niveau.

En 2011, dans les 150 crématoriums présents en France :

7 tonnes de formaldéhydes purs ont été incinérées

4,7 tonnes de mercure ont été rejetées

La France est l’un des rares pays où tous les crématoriums ne sont pas équipés de filtres (une obligation stipulée par l’arrêté du 28/07/2010 dans un délai de 8 ans: on y est bientôt!)

Mourir bio

Quelles méthodes privilégier ? Y a-t-il d’autres méthodes ? Légalement non mais des initiatives voient le jour en France mais aussi dans d’autres pays notamment la Belgique. Les changements de pratiques dans ce domaine demeurent toutefois sensibles et ne se feront que sur un temps assez long.

 

Pour aller plus loin… enfin, c’est une manière de parler…

Conservation des dépouilles

Partir en humus, pourquoi pas?

Ça cause... Ça cause... C'est tout qu'est-ce que ça fait... ;)