Consommer vert pour une planète plus légère

par Léonie Generet

En avril 2017, l’association L214, connue pour ses vidéos choc dénonçant la réalité des abattoirs (entre autres), a noté et classé les candidats à la présidentielle selon la position de chacun à propos de la condition animale. Et c’est Mélenchon qui arrive en tête, avec 15,6/20.

 

Petit récapitulatif des mesures principales proposées par l’Avenir en Commun :

– inscription dans la Constitution du respect dû aux animaux

– diminution de l’expérimentation animale

– fin de l’élevage en batterie

– réduction de la part des protéines carnées

– instauration de nouvelles normes dans les abattoirs

– choix en faveur des alternatives végétariennes dans la restauration collective

Mélenchon et ses 60 millions d’amis

Mélenchon se positionne donc clairement du côté des défenseurs de la cause animale. Cette position est assez logique, puisqu’il souhaite également repenser la politique française autour de la question écologique, avec notamment une transition aux énergies renouvelables à 100% d’ici 2050. Cet enjeu est aussi celui de la plupart des défenseurs de la cause animale.

Je ne m’intéressais peu, voire pas, à la politique avant, jusqu’à ce que je découvre  le volet de l’Avenir en Commun concernant les droits des animaux, ce qui a attiré mon attention. Je me suis intéressée de plus près au programme, à Mélenchon, et voilà !

La cause animale et l’écologie sont des enjeux auxquels on s’intéresse de plus en plus, et de plus en plus de personnes commencent à végétaliser leur assiette. On sait tous que derrière ce phénomène se cache un souci de l’avenir de notre petite planète, mais aussi un souci de la condition des animaux… Je ne vous apprends rien, l’élevage intensif, c’est pas un cadeau pour les animaux. Les conditions d’élevage/d’abattage sont d’ailleurs tellement horribles qu’on cache la réalité.

Derrière les murs de la mort

En effet, vous ne verrez jamais une goutte de sang dans les produits du supermarché, où une indication réaliste sur ce qu’a été la vie (bien trop courte!) de l’animal que vous mangez. La mise à mort des bêtes se fait à l’abri d’un abattoir où l’on n’entre pas comme dans un moulin ou un port de pêche : preuve qu’il s’y passe quelque chose d’anormal, qui nuirait à l’image de la viande. Si les murs des abattoirs étaient en verre, le nombre de végétariens augmenterait considérablement… Et les bêtes destinées à l’industrie du lait, des œufs, de la fourrure, du cuir, et j’en passe, n’ont rien à leur envier.

Partout où il y a de l’exploitation animale, que ce soit pour ce qu’ils produisent, où pour ce que l’on teste sur eux, leur bien-être n’est pas respecté (et celui de la planète non plus, d’ailleurs), parce qu’il nuit au profit. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains, les vegans, éliminent non seulement la viande de leur assiette, mais également tous les produits nécessitant une exploitation animale quelconque. Si vous croisez un vegan, ne le regardez pas comme un extrémiste, intolérant et frustré, mais plutôt comme quelqu’un qui a choisi la bienveillance, le respect, la paix. Discutez avec lui, il aura bien des choses à vous apprendre, car son combat ne se limite pas à son assiette !

Pour un droit des animaux

Ce combat, on l’appelle plus généralement l’antispécisme. Tout comme une personne antiraciste pense que personne ne doit être discriminé à cause de son origine, un antispéciste refuse la discrimination d’un être en fonction de son espèce. En d’autres termes, c’est penser que chaque être vivant doué de sensibilité doit pouvoir disposer de sa vie comme il l’entend. L’antispécisme est en fait un nouvel humanisme qui étend sa sphère de considération morale aux animaux, donc n’englobe plus seulement les êtres humains. C’est proposer un nouveau mode de vie (que beaucoup jugent utopiste sans avoir essayé…) qui appelle à une harmonie entre tous les êtres conscients, animaux humains et non-humains, et notre planète. Cette question remet en cause beaucoup de nos convictions et de nos habitudes, c’est pourquoi elle doit être politisée et considérée avec sérieux. La façon dont on la traitera sera déterminante pour l’avenir de la planète, donc de l’humanité. »

Pour aller un peu plus loin

Une vidéo récapitulative de ce qui dit Mélenchon sur la question CLIC

Les livrets de l’Avenir en Commun

Agriculture  

Et un article sur une journaliste qui a travaillé dans un abattoir CLIC

A propos du véganisme sur France Culture 

A écouter aussi l’avis d’un mangeur de viande Périco Légasse à Thinkerview

 

Une réponse à “Consommer vert pour une planète plus légère

Ça cause... Ça cause... C'est tout qu'est-ce que ça fait... ;)