Lenglet, c’est pas ton truc? Essaie l’économie!

Malgré les efforts de Bernard Maris (R.I.P.), Frédéric Lordon, Jacques Sapir, François Lenglet ou Jacques Généreux (cherchez l’horreur!) pour rendre la discipline plus attrayante, l’économie reste un repoussoir pour beaucoup. Surtout quand les chiffres tiennent lieu d’arguments. Et que les sornettes libérales fusent à volonté.

Interrogé récemment par Le Vent se lève, Romaric Godin, journaliste à Médiapart, a réaffirmé la nécessité de la vulgarisation de l’économie. On y ajoutera le courage de s’y intéresser.

Électeurs ou politiques ont tôt fait de dire n’importe quoi sous couvert de bon sens. Ce qui fonctionne pour l’argent de poche ne marche pas au niveau d’un budget national. La microéconomie de comptoir n’a pas de conseils à donner à la macroéconomie à l’échelle internationale.

Un exemple: un gamin qui n’a pas assez d’argent pour s’acheter un handspinner doit attendre d’avoir assez d’argent pour pouvoir se le payer. Mais ça ne marche déjà plus pour la camionnette du maraîcher, et encore moins pour l’investissement dans l’énergie renouvelable au niveau d’un pays.

L’économie par les nuls

Romaric Godin fustige habilement l’idée faussement bonne que l’État doit gérer les cordons de sa bourse comme un individu. « Cela conduit à des discours comme ceux de Bruno Le Maire qui explique qu’il souhaite que l’État ne dépense pas plus que ce qu’il ne gagne comme tout bon ménage qui se respecte. » Encore bravo à celui pour qui l’intelligence est un obstacle, et qui cherche désespérément à comprendre les choses avec son cœur.

On mettra cela sur le compte de la mauvaise foi pour sauver le Q.I. du fort en thème. Continue, l’artiste, et ne change rien.

Le tout à l’éco

La formation économique des lycéens laisse à désirer. Quand elle n’est pas inexistante, la discipline rebute souvent ceux qui s’y sont frottés. Au final, le citoyen comprend très mal ou pas du tout les mécanismes de l’économie et ses enjeux dans le débat politique. Et on retrouve des brèles comme Jean-Michel Apathie, François Lenglet ou Dominique Seux pour nous enfumer le paysage dans les médias de masse.

Trois ou quatre mots savants, un joli graphique, un ton pédant et le tour est joué.

Pédagogie à deux balles

Romaric Godin rue dans les brancards de la pédagogie, « terme tellement chéri par les libéraux, qui infantilise les citoyens en voulant les amener à une destination qui est déjà définie. » On n’ira pas comme lui jusqu’à taxer la « conduite de l’enfant » d’antidémocratique mais on doit reconnaître que les dirigeants prennent volontiers les citoyens pour des crétins et quand ils prennent le temps d’expliquer, c’est le credo libéral qui parle: ça semble aller de soi… si on n’est pas attentif.

On s’offusque un peu facilement de faire traiter de « fainéants » , mais il faut bien reconnaître qu’il y a une certaine paresse intellectuelle quand on en arrive aux rouages de la circulation des marchandises et de la création de richesse.

Vive l’éducation populaire

Pour Romaric Godin, le sens de la démocratie se trouve bel et bien dans l’éducation: il pinaille un peu sur les termes mais on voit ce qu’il veut dire.

Les gens sont capables de comprendre beaucoup de choses pour peu qu’on trouve les moyens de les intéresser. YouTube regorge de petits films d’animation parfois très futés. Et on ne désespère pas ici même d’arriver à éclaircir les arcanes des mécanismes de l’activité humaine. C’est plus essentiel que les cancans des pipeuls, les faits divers sordides, les scandales sans suite… et autrement plus passionnant.

Macron est cynique et extrême en traitant de fainéants ceux qui s’opposent aux changements qu’il veut imposer pour servir ses commanditaires et leurs intérêts. On ferait toutefois bien de se remuer les méninges pour comprendre comment les grosses fortunes s’y prennent pour nous conduire dans le mur. Quelque part, les capitalistes sont de grands malades et rien ne les arrêtera. Sauf NOUS TOUS!

Cliquez ici pour retrouver l’interview de Romaric Godin.

L’économie sur Youtube

Un peu généraliste, un rien amateur mais pas très long: les Mythes de l’économie. Ça démarrait bien mais il n’y a pas de suite pour l’instant.

Sur l’argent, nous conseillons tout particulièrement le clip de Tout le monde s’en fout pour démarrer.

On continuera ensuite par L’Argent de A à Z ou par une série de Paul Grignon toujours sur l’argent: c’est une animation très didactique qui comprend plusieurs épisodes. C’est roboratif mais attention à ne pas arriver à saturation: l’idée c’est de comprendre, pas de connaitre la fin.

Arte avait également proposé une série de 6 émissions sur l’histoire de l’économie et les grands hommes de la discipline. Malheureusement on n’a pas pu visionner l’épisode Keynes, pourtant primordial.

Le net offre donc de quoi se faire son propre bagage économique. Le site des Insoumis de la Plaine vous proposera d’ailleurs et au fil du temps des vidéos accessibles à tous avec un petit commentaire explicatif. Français, encore un effort pour ne plus être traités de fainéants!

Ça cause... Ça cause... C'est tout qu'est-ce que ça fait... ;)